PostHeaderIcon Méchoui à Beauregard (juin 2006)

Les bônois au méchoui du 25 juin 2006 au Mas Beauregard

Slide-mechoui0606

  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow

traitaeb

Plus de 500 Bônois se sont retrouvés sur un lieu chargé d’histoire puisqu’il s’agissait du Mas Beauregard, tout près du Mas Thibert, terre d’accueil du Bachaga BOUALAM et de sa famille, exilés comme nous en 1962.

Ils sont venus, ils sont tous là : ceux de Nîmes, de Dordogne, du Dauphiné, d’Alsace, de Provence…Des Bônois ont fait le déplacement pour se retrouver et tchatcher comme autrefois, quitte à en ajouter un peu pour ne pas perdre l’accent. Mais quand on réunit plus de 500 bouches à nourrir, de surcroît bônoises, il faut s’attendre à une madone de pagaille que même notre vénéré Saint Augustin n’aurait pu contenir à moins qu’il eut été capable de multiplier les merguez et l’anisette. Après un démarrage plutôt agité, tout est rentré dans l’ordre lorsque les participants se sont retrouvés assis, à l’ombre de grands arbres, tandis que la famille BOUALAM s’activait autour du brasier pour les derniers tours de broches avant la dégustation.

Le méchoui fut excellent et le couscous qui suivit, préparé à l’ancienne et servi à volonté, fut apprécié par tous, ou presque, car certains ne savent toujours pas qu’en partant d’Algérie on a emporté le couscous pour nous dédommager. Après le repas, place à l’animation musicale : danses, chansons et sketchs ont permis à tous de passer un agréable moment dans la bonne humeur. Puis vint un moment d’émotion lorsque nous nous levâmes pour entonner "le chant des Africains", suivi d’un enregistrement des paroles du Bachaga BOUALAM relatant son épopée, avec ses harkis, dans son pays : la France.

Oui, ce fut une journée réussie, même si certains aspects des prestations laissaient à désirer. Comme l’a dit le Président, Christian MIGLIASSO : "la critique est facile mais l’art est difficile. Nous avons voulu que cette journée soit champêtre et elle le fut. Elle nous a permis de partager ensemble un moment d’amitié et de solennité en ce lieu empreint de l’histoire de notre communauté. L’an prochain, nous ferons mieux !".

INCHAHALLAH

Texte de René VENTO - Photos Yves MARTHOT

Mis à jour (Mercredi, 30 Décembre 2009 01:36)