PostHeaderIcon Cabaret bônois (mars 2008)

Le grand cabaret bônois 2008

En 2007, le conseil d’administration de l’Amicale des Enfants de Bône avait organisé le premier cabaret bônois afin de renouer avec les fêtes, les traditions et l’humour des habitants de notre chère ville de Bône. Le succès remporté par cette première nous a encouragé à réitérer ce spectacle chaque année. Ainsi, le deuxième cabaret bônois s’est déroulé le 16 mars 2008 à Aix-en-Provence. Nous l’avons voulu encore plus bônois que le précédent en rendant hommage à tous ceux qui, par leurs écrits, leurs chansons, leur accent et leur langage truculent ont fait de Bône l’égale de Marseille de l’autre côté de la Méditerranée.
Pour le plaisir de nos spectateurs, la troupe des Calamars et des gatarelles a présenté : 100% pur jus bônois

Vidéo cabaret 2008



Get the Flash Player to see this player.

Cliquez au-dessus pour voir un extrait du DVD du cabaret bônois 2008

Scène 1. Je suis de Bône

Il était une fois, une ville que Bône  la coquette elle s’appelait. Ses habitants  se nommaient les Bônois car en eux tout était bon. Cette ville était connue dans le monde entier, à l’instar de Marseille, pour la correction du langage de ses habitants. Quand on demandait à un Bônois d’où il était, il répondait sans complexe  « je suis de Bône, diocane ». Mais, comme les Bônois étaient pudiques, le diocane était souvent remplacé par « diosaxophone », gros mot moins blasphématoire.
Je suis de Bône, c’est la chanson que  nous a interprété Francis SEGURA, avec une délégation des gens des rues de BÖNE, habillés et mis en scène par Viviane MILLO.

fat08-0008 fat08-0009 fat08-0010

fat08-0011 fat08-0012 fat08-0013

fat08-0014 fat08-0015 fat08-0016

1.Christian MIGLIASSO, le laitier - 2. Robert VERDURA,  le marchand de cacahuettes - 3. Pierre MATARESE, le marchand de glace
4. Joëlle WAGNER, la marchande d’oublis - 5. Zézé GROPPOSO, Paris-Soir - 6. Christian GALEA, Benguèche
7. Liliane POURCEL, madame Emile, patronne du Chat Noir - 8. Yves LOMBARDO, le marchand d’haricots de mer
9. Marc DONATO, le pêcheur au bromedge.

Scène 2. Hommage à Fernand BUSSUTIL

Qui, à Bône,  ne connaissait pas  « MOI ET AUGU », ces deux personnages au langage truculent, dans la plus pure tradition populaire  bônoise, toujours en quête d’anisette  et de kémia, immortalisés dans la Dépêche de l’Est par leur père spirituel, Fernand BUSSUTIL dit « OTTO BUS ».  En hommage à Fernand BUSSUTIL, qui a donné au parler bônois ses lettres de noblesse, notre talentueux conteur bônois, Marc DONATO,  nous a  raconté deux histoires écrites par OTTO BUS : Quand tu seras vieille et Augu et le coup d’œil.

fat08-0007
Marie LETERRIER, écoutant Marc DONATO qui lui dédie le texte d’OTTO BUS : Quand tu seras vieille

Scène 3. Oh Marie à l’outchabella, tchi tchi

A la Colonne, tout le monde y s’la connaissait cella-la qu’elle était guitche à l’œil ma qu’elle avait un si beau tafanar que les hommes y lui courait toujours par derrière. Un jour, elle s’a trouvé un fiancé qui s’laimait  tellement d’amour, qu’une chanson y lui a fait. Sur l’air de oh Catarinette la belle, tchi tchi, notre  TINO ROSSI de La Colonne, Francis SEGURA (photo de gauche ci-dessous) nous a  interprété :  Oh Marie à l’outchabella, tchi tchi. sur un air de JAVA dansé par  ceux qui ont gagné le premier prix de danse sur la place d’Armes en 1950, Liliane POURCEL et Christian MIGLIASSO (photo de droite ci-dessous).

fat08-0017 fat08-0018

Scène  4. Le quart d’heure du LOUP

Lui, il ne danse pas avec les loups et pourtant c’est un loup mais pas un grand méchant loup. D’un coup de patte, il vous fait un dessin qui vous égratigne, et d’un coup de gueule, il vous sort une histoire mordante.  Le loup, c’est  Yves LOMBARDO ;  il  nous  a  interprété avec brio  deux sketchs de sa composition,  les sauvages et les civilisés et la pôvre fifine, en les illustrant par des dessins qu’il a réalisés. Un régal pour tous les amoureux de l’humour bônois.

fat08-0005 fat08-0006
Yves et sa pôvre fiffine

Scène 5. La France de mon enfance

Elle était française, la France de notre enfance. certains veulent le nier et pourtant notre Algérie était bien un bout de France,  traversé par la Méditerranée comme la Seine traverse PARIS.  Cette chanson d’Enrico MACIAS,  la France de mon enfance, a été  interprétée par notre président, Christian MIGLIASSO, qui , comme nous tous , est toujours atteint de cette affection dont nous ne guérirons jamais : la  NOSTALGERIE.

fat08-0004 fat08-0003
Le public a réservé une  standing ovation a  Christian MIGLIASSO
pour son interprétation empreinte d’émotion  reflétant bien son attachement au pays perdu

Scène  6. Hommage à Louis LAFOURCADE

On disait que LA FONTAINE s’était inspiré d’Esope pour écrire ses fables. De même, tous les écrivains  bônois ont puisé leur langage dans les écrits de Louis LAFOURCADE. Ce Bônois des années 30  a écrit une œuvre célèbre « HARMONIES BÔNOISES » dans laquelle on retrouve les prémices du parler bônois. C’est lui qui a réussi à  immortaliser les morts de notre cimetière, donnant ainsi en ce lieu de repos éternel une réputation internationale. En hommage à Louis LAFOURCADE, Marc DONATO et Pierre MATARESE nous ont  raconté deux histoires bien de chez nous : le lion et le moustique et la grève des morts.

fat08-002 fat08-0000
Pierre MATARESE et Marc DONATO

Scène  7. Tout l’amour qu’on avait

Cette chanson, interprétée par LESLIE, a été écrite et composée  par Luc VERDI, né à Bône en 1961. Elle est dédiée à ceux qui ont ou vont fêter leur 50 ans de mariage et tout particulièrement pour ceux qui se sont rencontrés, fiancés et mariés à Bône.

fat08-0001
Leslie s’adresse à Robert et Yvonne VERDURA en leur disant en chantant :
« Dites papi, mamie, comment viviez-vous en Algérie ? »
Le public conquis reprend aussitôt ce refrain en chantant en chœur.

Scène 8. Hommage à Edmond BRUA

Dans ses fables bônoises et sa parodie du Cid, Edmond BRUA, poète, écrivain ét journaliste ( 1901-1997) reste le plus grand évocateur des mœurs et du langage coloré de notre cher ville de Bône. Tous les linguistes, historiens, sociologues, et même Albert CAMUS reconnaissent en BRUA un homme de lettres qui a érige notre langage au rang de la littérature française. C’est notre ami Marc DONATO qui, avec l’accent et les gestes,  a rendu hommage à E. BRUA en nous racontant une des plus célèbres fables bônoises : l’aveugle et le muet.

fat08-0002 fat08-00

Scène 9. Un soir à La Colonne

Après la haute littérature bônoise, nous nous sommes replongés dans la pure tradition populaire bônoise des années 30, en nous rendant dans le quartier de  la Colonne, un soir d’été lorsque les habitants sortaient de leur maison avec des chaises pour s’installer sur le trottoir, voire dans la rue.  Là, nous avons retrouvé un orchestre d’époque avec ses cacavelles et  son chanteur de charme, Zézé GROPPOSO dit Zézé  LAMOROSO, qui nous a interprété quelques airs issus du folklore bônois.

fat08-0019
Zézé GROPPOSO et ses Zézettes (à gauche, Joëlle 
WAGNER et à droite, Viviane MILLO)

Scène 10. Romain le magicien

Notre jeune prestidigitateur, Romain FOUQUES, petit-fils de nos amis Colette et Jean-Pierre DILUSTRO, nous a offert une demi-heure de magie digne des grands spectacles de la télévision. Avec ses tours époustouflants il a enchanté un public ravi qui lui a réservé une standing ovation. Notre vice - champion de France de la magie a même réussi a transformé un billet de 5 €  eu 500 €. Nul doute que bientôt il sera appelé auprès du ministre des finances pour faire remonter le pouvoir d’achat des Français !

fat08-0020 fat08-0021
Romain exerçant son art dans la lévitation et dans le lâcher de colombe

Final

Sur l’air de « La pied-noir danse » ( paroles et musique de Francis SEGURA) : la troupe des gatarelles et des calamars, menée par Robert VERDURA a entraîné le public dans une sarabande rappelant les kermesses de chez nous.

fat08-0022 fat08-0023 fat08-0024
Le Maestro Francis SEGURA - Le public en fête - Le sourire des SIRENES

fat08-0025
René VENTO et Cathy MARTHOT ont présenté et animé le spectacle

fat08-0026
Hommage du président à Viviane MILLO, habilleuse et chorégraphe..

Le grand cabaret bônois est une production de l’amicale des enfants de Bône.
L’idée est de Christian MIGLIASSO. La réalisation et la mise en scène sont de René VENTO.
Les costumes et la chorégraphie sont de Viviane MILLO.

Cet article a été rédigé par René VENTO et les photos sont de Yves MARTHOT.

Mis à jour (Mercredi, 30 Décembre 2009 01:42)