PostHeaderIcon Rachid HABBACHI

Rachid HABBACHI

bah-rachid-habbachi
Rachid Habbachi au Salon de l’art bônois 2003

Conteur, poète et écrivain, Rachid Habbachi, enfant de Bône, perpétuait avec talent la tchatche bônoise qu’il tenait à appeler Tchapagate pour le distinguer du Pataouète, plutôt réservé aux Algérois.
Miroir de nos traditions populaires, le Tchapagate est la caisse de résonance de l’accent né sur les berges de la Seybouse. Il est résolument incorrect mais très suggestif, riche en néologismes sonores et plein de gros mots. Comme le disait Rachid, « là où t’yas des mots, Bessif t’y en as des gros ».
Homme de paix avec un grand cœur, Rachid Habbachi a consacré sa vie à la sauvegarde de notre patrimoine culturel, fruit d’une culture mijotée pendant cent trente deux ans dans un creuset linguistique franco-italiano-arabo-hispano-maltais.
Pour les Bônois, Rachid était plus qu’un ami, c’était un frère qui avait su comprendre que nous étions tous orphelins de notre ville natale. Séjournant une partie de l’année à Annaba, il n’hésitait pas à nous rapporter des souvenirs de là-bas lorsqu’il venait nous rendre visite, en Patosie, comme il disait. En avril 2006, il avait plongé dans l’eau de la Caroube pour me ramener un catsomarine bien de chez nous afin de vérifier les vertus aphrodisiaques de cette holothurie bônoise.
Rachid Habbachi vient de rejoindre ses ainés et ses maîtres, Edmond Brua, Fernand Bussutil et Baby Jourdan. Comme eux, il aimait rire et nul doute qu’en ce moment les kaoulades doivent aller bon train au paradis des Bônois.
La meilleure façon de lui rendre hommage est de lire ou de relire ses savoureux ouvrages1 dans lesquels l’auteur s’est permis de « faire revenir La Fontaine dans un peu d'huile d'olive, avec une pointe d'ail et une cuillerée d'harissa ».
Salut l’artiste ! Au delà de la peine de t’avoir perdu, il y a le bonheur de t’avoir connu.

René VENTO

1 Ouvrages de Rachid Habbachi : Les Bônoises d’après - Des Bônoises...à de bon - Le ciléma à...la bônoise - C’est seulement là, qu’y z’osent freiner - Un schkoll dedans la tête - Là où t’yas des mots, Bessif t’y en as des gros.

Editions des Ecrivains : 147 rue Saint - Honoré 75001- PARIS.

Mis à jour (Samedi, 29 Juin 2013 21:26)