PostHeaderIcon André PINELLI

André PINELLI

bah-pinelli1

La famille Mariani-Pinelli  faisait partie des ʺNotablesʺ de Bône. Elle habitait pourtant le quartier populaire par excellence de la ville : La Colonne. Avec André Pinelli, 90 printemps au compteur et l’œil toujours vif, remontons le temps et un petit bout d’arbre généalogique.

Bien connu des Bônois, son grand père, Alexandre Mathieu Mariani (1864-1941), fondateur de "La Dépêche de l’Est", épousa Marie Hélène Puccini. En 1911, un très beau mariage unit Anne Marie, leur fille unique et le commandant Etienne Pinelli : quatre enfants naquirent de cette union, Julien, Jeanne, André le 8 mars 1922 et Jean, dit Nono. Cette grande et belle famille vivait au 13 de la rue Sadi Carnot, dans la Villa Hélène. Nous pouvons dire qu’André est "un gars de la Colonne". Il fréquenta l’école Sadi Carnot puis le Collège Colonial, de la 7ème à la 3ème.

bah-pinelli2
Famille Mariani Pinelli, à Bône, Villa Hélène en 1929
De gauche à droite : Madame Anne Marie Pinelli, Jeanne, Monsieur Mathieu Mariani, Madame Marie Hélène Mariani, Julien, André, Nono et le commandant Etienne Pinelli.

André, libraire à 17 ans
En 1938, il commença son métier à la Librairie Papeterie Mariani Pinelli, située à cette époque au 7 rue Thiers. Entre son père et son grand père, il apprit rapidement les ficelles du métier. Il prit la direction de la librairie papeterie, suite à la mobilisation de son père en 1939 et la déménagea en 1940 au 34 rue Bugeaud. En 1946, André la transforma la librairie papeterie en libre service, projet avant-gardiste pour cette époque.
Après les chantiers de jeunesse (1941-42), il fit son service militaire à la 1ère D.B., partit en novembre 1942 au sein des Forces Terrestres Antiaériennes (FTA) et participa à la libération de la France par le sud, débarquant à Saint Tropez. Son unité, comme toute l’Armée d’Afrique, atteignit la frontière allemande. Et là, alors qu’il préparait la traversée du Rhin, il retrouva son ami Baby Jourdan …

Un sportif émérite
André a commencé très jeune les activités sportives, dont l’escrime à dix ans au Cercle d’Escrime de Bône du Palais Lecoq. Il s’entraînait avec René Scotti, Félix Constantin, puis, après la guerre, avec son frère Nono, Baby Jourdan et tant d’autres. Une longue amitié les unira toute la vie et ils remportèrent maintes récompenses. André fut secrétaire général du C.E.B. de 1940 à 1962. En 1955, la Salle d’Escrime et de Judo de Bône fut construite grâce à sa détermination. En 1947, alors qu’il devait disputer une épreuve d’aviron, il se blessa et dut renoncer momentanément à la compétition. Il passa sa convalescence à Bugeaud, petit coin de paradis sur les hauteurs de Bône où il rencontra Andrée Renaud, en vacances en famille.
C’est une longue histoire d’amour qui commença par un beau mariage à Jemmapes en 1947 et qui dura plus de soixante ans. Ils eurent deux filles, Brigitte et Christine-Hélène, quatre petits enfants et, pour ses 90 ans, André est arrière-grand-père quatre fois.

Un Bônois de Provence
Après l’exode, André créa, avec son ami Baby Jourdan, le Centre Barnéoud, à Plan de Campagne, près de Marseille. Il fut le premier à y construire une plate-forme de distribution de librairie et papeterie pour douze départements ; Mariani-Pinelli Provence. André et Andrée y travaillèrent jusqu’à leur retraite.
Le passé sportif d’André le rattrapa : il devint responsable, au sein du Comité Régional Olympique et Sportif, de la Ligue d’Escrime de Provence, des Fédérations Française et Internationale d’Escrime. En tant que membre des directoires techniques des Jeux Olympiques et des Championnats du Monde, il participa à ces dernières compétitions en tant que spécialiste de l’équipement et du matériel. Il s’investit dans la construction de deux nouvelles salles d’escrime l’une à Cabriès, l’autre au Creps d’Aix en Provence. La liste de ses décorations, de ses distinctions, prendrait toute une page et sa modestie souffrirait de leur énumération.

bah-pinelli3
Remise de la Légion d'Honneur à André Pinelli, entouré de sa famille. Salle d'escrime de Cabriès, 13 mars 2005

Nous lui souhaitons de vivre encore de belles années.
Bon Anniversaire, André.

Cathy Marthot

Mis à jour (Samedi, 29 Juin 2013 21:37)