PostHeaderIcon In Memorium et l'Amicale des Enfants de Bône

L’Association "IN MEMORIAM ANNABA" est née officiellement le 3 Mars 2003, date de son agrément par le ministère algérien de l’intérieur, bien que de nombreuses bonnes volontés s’étaient manifestées auparavant.

Cette Association, présidée par Le jeune et dynamique Sabri MELE, a pour but de sauvegarder les sépultures françaises de l’Est Algérien, ceci sous couvert du Consulat général de France à Annaba, dont la circonscription consulaire représente tout l’Est algérien, de la Méditerranée au Sahara et de la frontière Tunisienne à la Kabylie.

bureau_inmemoriam
Le bureau de l'association "IN MEMORIAM ANNABA"
(En 3e position en partant de la gauche : Sabri MELE président)

Les membres, tous bénévoles de IN MEMORIAM ANNABA ne peuvent que susciter des interventions, et se proposer de représenter, sur place, les familles ou les Associations quand elles engagent des travaux. Seule une subvention régulière permettrait de pouvoir assurer une présence régulière pour surveiller les travaux engagés par d’autres loin d’Annaba, et ou d’engager des travaux urgents.
En ce qui concerne les cimetières de Bône (israélite et chrétien), l’entretien régulier a été assuré, essentiellement, par des contrats passés par le Consulat Général de France à Annaba, en utilisant des fonds du Ministère des Affaires Français. De même, ces fonds ont été mobilisés pour les travaux de construction de plus de 50% du mur d’enceinte du cimetière chrétien. La commune d’Annaba, sur ses fonds propres et des fonds de la Wilaya (département), a, pour sa part :
- assuré la reconstruction d’une partie du mur de clôture (40% environ), mais les travaux restants sont dans l’attente d’un budget complémentaire depuis bientôt deux ans,
- récemment a été commencé, des travaux de clôture du cimetière israélite qui a beaucoup souffert, Monsieur le Consul Général nous a dit qu’il n’engagerait des réfections de sépultures éventrées, par le vandalisme et l’érosion du temps qu’à la seule condition que ce lieu soit entièrement clôturé, et après concertation avec les autorités religieuses juives bônoises de France, il sera procédé à ce type d’opération. Déjà, celui de Constantine a été restauré en grande partie. Nous avons appris que le cimetière juif de Guelma était en passe d’être entièrement réhabilité, mais, nous n’avons pas pu le constater de visu et vérifié ces informations, aussi nous restons très prudents.
Et l’Amicale des Enfants de Bône dans tout cela, nous avons, peut-être démarré avec du retard, mais notre action éclabousse de loin tous ces particuliers, de bonne volonté, sans doute mais dont les actions sont restées sans suite. Il a été érigé, sans preuves, des améliorations ou des destructions selon l’humeur de leurs auteurs, qui, au cours d’une visite au cimetière ; et rentrés en France, se sont ingéniés à médire sur l’action de IN MEMORIAM et de notre Consul. Mais c’est tellement plus facile de gonfler leurs sites ou blogs par de la désinformation, surtout quand une frontière et une mer les séparent.
L’ amicale des Enfants de Bône et son bureau, n’ont pas voulu croire sur parole ou sur écrit ces oiseaux de mauvaise augure et ont décidé d’aller voir sur place pour demander des comptes et constater de visu la véracité des allégations de ces "corbeaux".

ag-mars2006

Au mois de Septembre 2006 le cimetière chrétien est quasiment clôturé, la réfection des tombes (travail de longue haleine) commence et se poursuit, sur certaines les marbres ont été chapardés et les sépultures ouvertes. Les ouvriers, employés, sous couvert d’IN MEMORIAM et du Consulat Général de France, rebouchent au mortier les trous béants, ce qui fait que les noms gravés sur les pierres tombales en marbre ont disparu ; mais des registres sont à la disposition du gardien, indiquant le carré où sont enterrés nos chers disparus. Il faut et il suffit connaître au minimum l’année du décès et s’armer de patience pour retrouver avec précision, l’emplacement. Au mois de Septembre, il nous a fallu deux visites pour pouvoir repérer certaines tombes. Sur les photos qui sont jointes, j’ai voulu vous montrer le cimetière avant travaux et la construction des murs de soutènement en béton banché. Sur une photo on peut voir des caveaux ouverts, mais dans la plupart des cas, ce sont celles de corps qui ont été exhumés par les familles et rapatriés en France. Ce n’est pas bien sûr le cas de tous.
Depuis la création d’IN MEMORIAM, l’Amicale des Enfants de Bône d’Aix en Provence a invité ses adhérents à faire un don en faveur de la restauration du cimetière, il est évident que, compte tenu du coût des travaux entrepris, nos dons ne représentent qu’un goutte d’eau dans la mer, mais nous comptons sur la générosité des bônois, et remercions tous les donateurs.
Notre action, depuis deux ans, s’est étendue à des demandes de subventions auprès des instances municipales (une plaque en marbre a été posée sur le mur du dépositoire offerte conjointement par la municipalité d’Aix en Provence et notre Amicale), des autorités départementales (CG13) et régionales (paca).
Le Conseil régional a reçu MM. MIGLIASSO et LOMBARDO, le conseiller du Président VAUZELLES, leur a demandé de bien vouloir lui soumettre un rapport sur l’état du cimetière, les besoins d’IN MEMORIAM ainsi que la manière légale de pouvoir allouer des subventions à une association de droit algérien.
A ce sujet, M. le Consul Général de France, leur a suggérer, lors d’une réunion, de faire un virement international vers une banque française implantée à Bône, dans laquelle IN MEMORIAM ouvrirai un compte, ce qui a été fait, donc un rapport sera envoyé au Conseil Régional qui, par l’entremise du compte AMICALE DES ENFANTS DE BÔNE – IN MEMORIAM, (différent du compte courant de l’Amicale et géré par notre amie Monique GARRIGUES) pourra effectuer ces dits virements.
Nous avons reçu au cours des 2 voyages de 2006, reçu tout l’appui désiré, des autorité consulaires ainsi que des autorités algériennes et, nous avons toujours été en sécurité, et, même les bônois (annabi) se sont ingéniés à nous recevoir de la meilleure manière, même dans nos anciennes maisons et nos quartiers.
En conclusion, le travail fait par IN MEMORIAM ANNABA est gigantesque, et nous comptons beaucoup sur son président Sabri MELE, son vice président Bernard GASSIOT, sur sa secrétaire Marie MENAR et son trésorier Laurent BRECHER aussi à Monsieur le Consul Général de France à Annaba, M. Gérald MARTIN à qui nous rendons un très grand hommage.

Yves LE LOUP

Mis à jour (Lundi, 12 Avril 2010 19:00)