PostHeaderIcon Bône du 20 au 25 mars 2008

Slide-bone0308

Plaque à l'entrée du cimetière

Plaque à l'entrée du cimetière Plaque à l'entrée du cimetière

Travaux de désherbage dans le cimetière

Travaux de désherbage dans le cimetière Travaux de désherbage dans le cimetière

Préparation du chantier sur un caveau

Préparation du chantier sur un caveau Préparation du chantier sur un caveau

Préparation des travaux d'étanchéité

Préparation des travaux d'étanchéité Préparation des travaux d'étanchéité

Réfection d'un caveau

Réfection d'un caveau Réfection d'un caveau

Un caveau restauré

Un caveau restauré Un caveau restauré

Pour notre dernier voyage à Bône, nous avons eu des défections compte tenu des évènements qui s’étaient passés la semaine précédente, malgré cela, vingt deux participants se sont retrouvés autour d’Yves et Cathy MARTHOT, qui étaient responsables du groupe. Tout s’est très bien passé.

Avec mon ami et président, nous avons profité de faire coordonner notre mission avec ce voyage. Notre mission, vous la connaissez, la rénovation de notre cimetière, tâche de longue haleine, mais qui se poursuit avec les dons que nous font nos adhérents, et que nous remettons intégralement, à IN MEMORIAM.

Ces dates coïncidaient avec l’Assemblée Générale Ordinaire de cette association, et notre ami Sabri MELE a été reconduit à la présidence ainsi que la totalité de son Conseil d’Administration.

Nous avons remis à cette occasion la somme de 3000 € au Trésorier d’in memoriam pour la continuation de la remise en état des tombes vandalisées, au 23 mars, quarante neuf d’entre elles ont été restaurées.

Au cours de cette assemblée générale, notre ami et Consul Général Gérald MARTIN, nous a renouvelé sa confiance et cela ne peut que rejaillir sur l’Amicale des Enfants de Bône, cette réunion a été suivie d’un cocktail convivial dans les salons du Consulat où tous les participants au voyage ont pu s’entretenir avec le représentant de la France.

Christian Migliasso et moi même avons pu rencontrer, au cours de notre Mission, le Wali (Préfet) de la Willaya de Bône (département), qui habituellement ne reçoit aucune délégation étrangère mais, averti du travail que nous menons bénévolement, de notre désintéressement et de notre neutralité, nous a assuré de son appui auprès des instances politiques de Bône.

Il a même donné, en notre présence des instructions pour que nous soyons reçus par la municipalité dès lendemain, ce qui a été fait.

Nous avons rencontré des gens compétents et dynamiques, jeunes de surcroit et qui eux aussi, s’attaqueront au problème des clôtures de notre cimetière, en particulièrement, le Mur dit de l’Elisa qui est en piteux état et risque de s’effondrer à tout moment. Ils nous ont promis de déléguer en permanence des employés municipaux pour le désherbage, mais compte tenu du climat, c’est un travail de longue haleine.

Certaines personnes, bien intentionnées, avaient trouvé que les murs des caveaux du Boulevard Mermoz étaient gris et faisaient un mauvais effet (sic), nous rappelons à ces amis qui nous veulent du bien (!) que, de notre temps, l’arrière de ces dits caveaux n’ont jamais été peints, ils avaient la couleur du ciment, c’est-à-dire gris.

Pour éviter de donner du grain à moudre, à ces rouspéteurs, nous avons fait repeindre la partie visible du boulevard, sans qu’il leur soit demandé le moindre euro, il est de bon ton de récriminer contre les actions que nous menons, mais quand il s’agit de mettre le moindre euro vaillant, il n’y a plus personne, sauf vous, chers amis de l’Amicale des Enfants de Bône, de la municipalité d’Aix en Provence, du Conseil Général et de PACA.

Au cours de notre voyage, la messe de Pâques a été concélébrée à Saint Augustin par cinq prêtres augustiniens de Malte, entourant le représentant de l’évêque de Constantine et d’Hippone, la basilique était pleine comme aux plus beaux jours de notre temps et du révérend MIZZI. De nombreuses personnes de notre groupe ont pu communier.

Parlant de la Basilique de Saint Augustin, bien qu’elle semble avoir bonne mine, en y regardant de plus près, des dégradations dues à la pollution et au temps se font jour. Déjà des parties (petites) se sont décrochées et écrasées sur le parvis. Les vitraux sont tous à restaurer.

Je parlais, plus avant, de la pollution, celle-ci est due en partie, à l’usine d’engrais construite à la hauteur des anciens abattoirs et dont les cheminées rejettent dans l’atmosphère des tonnes de polluant (dioxine et pyralène, entre autres) résidus de fabrication, et lorsque le vent de la mer souffle (mistral) les embruns chargés de ces produits érodent les façades en pierre calcaire et attaquent le plomb, qui sert de support aux vitraux, ce dernier se délite et tient plus rien, des plaques de verres sont tombées, un peu partout.

Nous avons été approchés, par les autorités ecclésiastiques, pour une éventuelle rénovation, mais c’est une tâche immense, aurons-nous le temps de s’y atteler, comme pour le cimetière. La Cathédrale d’Alger, ND d’ Afrique est en fin de restauration, cela a coûté près d’un million d’Euros.

Le président de la République Algérienne, M. BOUTEFLIKAH est près à faire participer son gouvernement, considérant que Saint Augustin est un ancêtre commun à nos deux peuples. Est-ce qu’il y aura des volontaires pour réunir des sommes colossales, à recueillir auprès des états riverains de la Méditerranée, des artisans de l’art, tels que les Compagnons du Devoir qui ont fait une œuvre magnifique à Alger, des bureaux d’études, etc. ?

Je pense que cette nouvelle mission peut générer de nouvelle bonnes volontés, même parmi ceux qui, aujourd’hui critiquent et ne proposent rien.

A bientôt et, bônoisement vôtre.

Yves le Loup

Mis à jour (Samedi, 02 Janvier 2010 14:57)