PostHeaderIcon Les allées Guynemer

À l’origine ces allées n’étaient qu’un simple sentier qu’empruntaient les habitants de la Colonne pour se rendre en ville. Ce sentier partait de l’emplacement du palais Loucheur et aboutissait à la Cathédrale. Au niveau de la place Marchis, il fut traversé par le nouveau mur d’enceinte érigé entre 1853 et 1861 et que nous apercevons très bien derrière le vieux lavoir (photo ci-dessous).

lavoir

Ce vieux lavoir était alimenté par les citernes romaines d’Hippone qui recevaient les eaux de l’Edough. Il fut démoli à l’époque de la destruction du mur d’enceinte et de la porte Randon (entre 1923 et 1925 d’après les informations recueillies auprès de Roger ROSSO). En observant bien la photo ci-dessous, nous apercevons dans le fond des Allées ce lavoir.

alle2guyn

La municipalité en fit une artère de belle allure, bordée de grands frênes, à laquelle le conseil municipal donna le nom d’ " Allées RANDON ". Ce ne fut qu’un légitime hommage rendu au général RANDON qui prit, le 4 octobre 1841, le commandement de la subdivision de Bône.

randon
Le général RANDON

Il se révéla grand administrateur autant que grand soldat. Pendant les six années qu’il devait demeurer à ce poste, il su parfaitement accomplir les tâches qui incombaient au chef de la subdivision : organiser la vie de la cité, améliorer les conditions de séjour des bônois et achever la pacification de la région. Parmi les nombreuses tâches qu’il accomplit, il faut citer l’assèchement des marécages autour de la ville, le rétablissement de la sécurité dans la campagne environnante en construisant les dix-neuf kilomètres de route entre Bône et Bouzizi. Cet ouvrage avait été achevé en moins de trois mois, temps record pour l’époque étant donné l’outillage rudimentaire dont pouvaient disposer les soldats du génie, et fût ouvert à la circulation le 2 mai 1842.

Pour témoigner leur foi en ce grand soldat qui fit tant pour eux, les Bônois l’appelèrent "le père de Bône". Malheureusement, cette appellation "Allées RANDON" ne fut que de courte durée. Durant la guerre 1914 -1918, la municipalité changea les " Allées RANDON" en "Allées GUYNEMER".

guynemer
Georges GUYNEMER

Célèbre aviateur français né à Paris en 1894, mort au champ d’honneur en 1917, sa bravoure, sa maîtrise, sa froide audace, lui valurent vingt et une citations. valurent vingt et une citations. Il avait été fait capitaine et officier de la légion d’honneur au printemps 1917 quand le 11 septembre, au dessus de Poelcapelle (Belgique), dans un combat qui devait être sa 54ème victoire, il disparut sans qu’il fût possible de retrouver trace ni de son appareil ni de lui-même. L’héroïsme de GUYNEMER a fait de lui une figure légendaire.

Yves MARTHOT

Mis à jour (Jeudi, 31 Décembre 2009 00:43)