PostHeaderIcon La leçon de calcul

Tableau : Une salle de classe avec un bureau, une chaise, un tableau. Antoine l’instituteur, un calot noir, des manches de lustrine, des bésicles. Tchitche le colleur d’affiches entre. Au bureau, son ami Antoine.

Acte 1

Tchitche :
Eh ! Oualio ! Comment qu’ça va?

Antoine :
Oh ! Tchitche ! Comme y a longtemps qu’j’te voyais plus. Comment trouves-tu que je te trouve ?

Tchitche :
Eh oilà !

Antoine :
Qué bafoune qu’y t’amène. Porquoi quand te viens me oir, c’est qu’t’y’a besoin de mon antelligence.

Tchitche :
ça c’et vrai. Ma si je viens pas plus souvent c’est qu’ça m’antimide dans l’école. J’a toujours peur que j’vas m’ trouver tête à tête ac ce pövre monsieur Mattéra et te sais que quand y te trouve, lui, t’y étais bon pour un beignet qui te fait faire la toupie ronflante ac la fugure.
Ma trèfle de rigolade. J’a venu te oir porquoi j’a un piré de problème qu’il est plus fort que le cerfiticat d’études. Alors j’a pensé à toi.

Antoine :
Et t’y as bien fait porquoi la mathématique lémentaire c’est ma spécialité à moi. C’est ac le calcul mental de tête que j’a réussi à le cerfiticat, atrement j’aurai pas pu été anstituteur.
Allez ! vas’y ! Espose l’énoncé.

Tchitche :
L’énon….quoi ?

Antoine :
Esplique moi ton problème, borricot.

Tchitche :
Bon ! Oilà ! L’aute jour, m’sieu Bériard, te sais le curé qu’il a le béret des marins en deuils, tout noir ac le ponpon rouge ?

Antoine :
Ouais, et alors.

Tchitche :
Y m’a demandé d’lui coller trois mille zaffiches. Comme y en avais des tas, ja demandé à les copains de me donner un p’tit coup d’main. Alors ! Oila ! Ojord’hui msieu Bériard y m’a payé. 28 francs qu’y m’a donné. Comme on est sept, combien j’va leur donner à moi et aux autes ?

Antoine :
Madonna mia ! Qué piré de problème compliqué. Sûr qu’il est pluss que le cerfiticat. Bon ! Ne nos énervons pas. Et refléchissons. T’y as 28 francs pour sept tronches...... y pas, y faut faire une division.

Acte 2

(Il va au tableau et il écrit)

28 divisé par 7. Y a deux chiffres au dividende et y a n’a qu’un au diviseur et je dis, en 8 combien d’fois 7 ? Y va une fois. Une fois 7 = 7 ôté de 8 y reste 1. J’abaisse le chiffre suivant qui est 2 et je dis en 21 combien de fois 7 ? Y vas trois fois. 3 fois 7 = 21 ôté de 21 y reste 0.

S’adressant à Tchitche d’un air daidaigneux

Et oilà l’travail. Te dois donner 13 ronds à chacun.

Tchitche :
Piré de piré, comme t’y es fort !

Antoine : (Démonstratif)
Remarque, pour être pluss tranquille, on va faire la preuve par 9.

Y a 7 au diviseur, je pose 7 dans un angle. Y a 28 au dividende je pose 28 dans un aute angle. Le quotient c’est 13, donc 3 pluss 1 ça fait 4. Je pose 4 endsour le 7 et je dis 4 fois 7 = 28. j’met le 28 dans la dernière case et qu’est-ce qu’je vois, 28 égal 28. Et oilà !

Tchitche :
Et c’est juste. Madonne, ya longtemps qu’j’a oublié comment qu’on fait la preuve par 9. Allez ! Je m’en sauve. J’vas me payer mes types. Merci Antoine. Tchao !

Antoine :
Tchao !

Acte 3

Une demi-heure heure plus tard, Tchitche revient.
Antoine est toujours à son bureau.

Tchitche :
Oh ! Antoine.

Antoine :
Ouais! Qu’est-ce que t’y as.

Tchitche :
Te t’as trompé.

Antoine :
Tu m’ansulte !

Tchitche :
J’t’ansulte pas, ma t’y as fait une horreur. Tout le monde y peut se faire des horreurs sauf le pape et le Bon Dieu.

Antoine :
Alors, moi j’v’as te montrer qu’Antoine y se trompe jamais. Te vas pas m’apprendre mon métier moi que j’leur esplique aux enfants.

Tchitche :
Moi j’te dis que tu t’as trompé.

Antoine :
Ohé ! Oh ! Borricot d’la Kabylie, te vas t’la fermer cette boite à corant d’air qu’tu fais du vent ac le cabinet. Coûte-moi bien un peu, Oh ! tchoutcharelle : te sais que la division c’est une multiplication à l’envers ?

Tchitche :
Ouais.

Antoine :
Bon. J’t’as dis qu’te devais donner 13 ronds à tes 7 tronches. Alors si 7 fois 13 çà fait pas 28, c’est qu’je m’as trompé !

Il se dirige vers le tableau pour une nouvelle démonstration

J’écris 13 multiplié par 7 et je dis : 7 fois 3 = 21. Je pose 2 et je retiens 1. Et je dis 7 fois 1 = 7 et 1 de retenue égal 8.
Se tournant triomphant vers Tchitche

Et alors ?

Tchitche :(à demi convaincu)
ouais.

Antoine :
T’y es pas encore sûr, hein, tanout. Te sais faire les additions au moins.

Tchitche :
Ah ! Ouais ! ça je sais.

Antoine :
Bon ! On va additionner 7 fois 13 et te vas voir, ça va donner 28.

Tchitche :
Ah ! Comme ça, oui.

Antoine retourne au tableau et il aligne 7 fois le nombre 13

Antoine :
Y faut trover 28, atroment c’est faux. Allez ! Compte avec moi.

Ils comptent
3+3=6 6+3=9 9+3=12 12+3=15 15+3=18 18+3=21

Antoine ajoute alors la série des dizaines
21+1=22 22+1=23 23+1=24 24+1=25 25+1=26 26+1=27 27+1=28

Se tournant vers Tchitche
Et alors ?

Tchitche :
Et alors ! Et alors ! Splique moi porquoi quand j’ai donné 13 francs au premier et 13 francs au deuxième, y me reste que 2 francs.

Antoine :
Passe qu’t’y as surement perdu d’l’argent ô gougoutse

Rideau

Mis à jour (Mercredi, 30 Décembre 2009 23:14)