PostHeaderIcon Annaba, mars 2006

NOTRE VOYAGE A ANNABA
MARS 2006

Le 26 mars 2006, à 10 heures sonnantes, aucun des 19 participants n’était en retard au rendez-vous de l’Aéroport. Des embrassades, des bonjours et de la bonne humeur cachaient mal notre impatience de partir vers cette terre tant aimée. Mlle FATHIA , responsable commercial des voyages de groupe à AIR ALGERIE, vint nous remettre nos billets d’embarquement et nous souhaiter un très bon séjour dans cette ville qui, pour nous, restera éternellement BÔNE.

vaa001
Le départ à Marignane

Le chef d’escale nous signala qu’en raison de conditions météorologiques défavorables (brouillard sur ANNABA), notre départ serait retardé de trois heures, soit à 15 h au lieu de 12 h. Au moment de l’embarquement, les visages se crispèrent tant soit peu et un petit stress s’empara de tous à l’idée de ce retour chez nous après 44 ans d’absence. La joie de revoir le pays natal était visible mais, à l’arrivée, à la sortie de l’aéroport d’ANNABA, l’angoisse se lisait sur tous les visages. Comment allions nous retrouver notre ville, Bône la Coquette ?

vaa002
Aéroport "LES SALINES"

Arrivés à l’hôtel "EL MOUNA", à Saint-Cloud, l’accueil fut des plus chaleureux. Bienvenue chez vous, est une expression que l’on entendra plusieurs fois par jour. Abderhamane ZIANE nous invita tous à déguster son fameux créponnet sur le cours ………..de la Révolution qui, pour nous, restera à jamais le cours BERTAGNA. Que de souvenirs évoque ce lieu mythique de notre jeunesse ! Certains d’entre nous, n’arrivant pas à contenir leur émotion, laissent échapper quelques sanglots de leur gorge serrée.

vaa003
Hôtel « EL MOUNA » à St Cloud

Le soir, à l’hôtel, Sabri MELE et Bernard GASSIOT nous firent l’honneur et le plaisir de nous rendre visite. Un peu avant le souper, Sabri me fit faire un tour de Bône. Arrivé sur les lieux de ma jeunesse : quelle émotion lorsque j’ai vu apparaître ma maison ! Je suis resté quelques instants sans voix et sans aucune retenue, je me suis mis a pleurer.

Si je vous disais que Bône n’a pas changé, je mentirais. Vous dire que Bône s’est enlaidie, oui c’est vrai.Vous dire que les francophones, que nous rencontrons tout naturellement, nous confirment ce constat.Vous dire aussi que ces mêmes francophones se présentent en Bônois, oui c’est vrai et ils le revendiquent.Mardi 28 Mars, sur le Cours, nous avons eu le plaisir de rencontrer Rachid HABBACHI, en convalescence (il vient d’être opéré lourdement). Sa joie de nous revoir ici était évidente.

vaa004
La Caroube aujourd’hui

Je vous ai précisé que Bône a changé, mais la ville reste encore reconnaissable. Par contre, ce qui n’a pas changé : c’est notre magnifique basilique SAINT-AUGUSTIN, toujours aussi resplendissante et respectée de tous. Nous sommes restés en extase devant tant de beauté. S’il fallait trouver une seule raison pour justifier notre retour à Bône, nous n’hésiterions pas un seul instant en répondant : revoir la basilique et se recueillir à l’intérieur en pensant très fort à tous ces Bônois, aujourd’hui disparus, qui n’ont pas eu la chance de revenir en ce lieu.

La visite du cimetière, avec Bernard GASSIOT, m’a remarquablement surpris ! L’entretien des allées est pris en charge par le Consulat mais le travail effectué par SABRI et BERNARD, je pèse mes mots, est … titanesque ! Je peux affirmer que notre cimetière : toujours envie de mourir y te donne. Néanmoins, il reste beaucoup à faire et je reste persuadé que cette immense tâche sera menée jusqu’à son terme car il existe une volonté inébranlable de la part de "IN MEMORIAM". Hélas, les moyens sont limités surtout lorsqu’il faut faire face au vandalisme, à l’érosion du temps et au chapardage ;
Nous avons appris qu’un projet de rénovation du cimetière israélite de Bône, soumis aux autorités du Consistoire, était à l’étude.

vaa005
Visite au cimetière

Nous avons pu assister à l’Assemblée Générale de "IN MEMORIAM" et j’ai remis, en votre nom, un chèque de 400 Euros récoltés grâce à votre générosité.Au nom de l’Amicale des Enfants de Bône, je tiens à confirmer notre engagement auprès de SABRI et de BERNARD afin de les soutenir dans leur action. C’est pourquoi, je fais encore appel à vous en vous demandant d’accomplir ensemble ce devoir de mémoire envers ceux qui ont tant fait pour nous et qui reposent dans notre cimetière. Je vous en remercie d’avance.

Le mercredi 29 mars, veille de notre départ, nous avons été reçus par le vice Consul de France. Un cocktail était réservé en notre honneur. Le Consulat se situe très précisément en face de notre cimetière et je vous avoue que j’ai ressenti une certaine émotion en y voyant le drapeau français flotter.

vaa006
Guy GRESSE, Marius MARMORATO, Claude WAGNER, Christian MIGLIASSO, Guy GUIRAUD.
Devant le Consulat de France à ANNABA.

Pour ceux qui désirent retourner sur leur terre natale, je vous engage à y aller sans crainte, avec les souvenirs du Bône que vous avez connu mais, surtout, ne faites pas de comparaison. Nous avons recueilli des adresses de restaurants, d’hôtels et de personnes dignes de confiance sur place pour vous faciliter la vie. A ce propos, je projette d’accompagner un groupe de 15 personnes vers le 15 septembre. Si vous êtes intéressés, adressez-vous à l’Amicale et nous vous renseignerons.

Je retire de ce voyage une impression positive avec le sentiment du devoir accompli. Certes, un séjour de 4 jours peut paraître très court mais nous avons pu voir l’essentiel et surtout ouvrir la piste pour ceux de nos adhérents qui voudront faire ce pèlerinage.

Christian MIGLIASSO

Mis à jour (Jeudi, 31 Décembre 2009 20:14)